« Mon toucher est noir et toxique, et rien n'est comme mon baiser d'ivre. »

– Panic ! At The Disco, Victorious

 

 


La luciole s'envole
Dans le ciel constellé
D'étoiles d'or, et s'y confond
Comme le voile noir qui dort,
Tamisant villages et cités
D'un masque bleu profond.

 

Lasses, les mains tombent et
Les peaux s'effleurent :
Fébriles souvenirs malmenés
De tendresse, de douceur. 

 

La lune entoure la ville
D'un doux halo lumineux,
Projetant dans les rues sa lueur métallique,
Inspirant les pensées des amoureux.

 

Les pupilles se cassent, le sang se glace :
Point d'amour sans passion
Dans les textes que le temps efface, 
Reléguant à l'oubli l'envie d'absolution.

 

© A Z E R L E E N

Tags : Poème personnel

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.166.172.180) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Perspective-Cognitive

    23/02/2018

    J'aime beaucoup ! C'est si profond !

  • Far-Away-From-Home

    21/12/2017

    Hey :)
    J'aime bien ce poème qui est pas mal personnifié j'ai l'impression, c'est sympa comme tout :) Je me vois tout à fait disserter sur ton poème :)
    Bisous <3

  • davidguettadu-68

    15/12/2017

    J'adore :-)

  • AboutSoho

    11/12/2017

    C'est un très beau poème :)

Report abuse